Photo Album Ravie - Marine Bercot

EXTRAITS DE "RAVIE", EN ÉCOUTE


Album « Ravi(e)s »


  • Paroles : Marine Bercot
  • Musique : Pierre Durand
  • Réalisation et arrangements : Julien Chirol, Nicolas Dufournet
  • Musiciens : Marine Bercot, Pierre Durand, Toma Milteau, Julien Chirol, Claudia Phillips, Maria Durand Bercot
  • Enregistré et mixé par Julien Chirol & Martin Antiphon (Music Unit) et par Nicolas Dufournet (Melodium Studio)
  • Masterisé par Pierre Luzy (Music Unit)
  • Graphisme : Antoine Leroux-Dhuys
  • Photos : Sylvain Gripoix
  • Web : Agence La nageuse

Duo « Ravi(e)s »


  • Voix, clavier : Marine Bercot
  • Guitare, chœurs, loop : Pierre Durand
  • Ingénieur du son : Julien Reyboz
  • Eclairagiste : Mike Roussel
  • Scénographe : Grégory Bannier
  • Direction musicale : Julien Chirol
  • Mise en scène : Léa Djyl

TEXTES DE CHANSONS

Berlin
Je ne me souviens plus d’aucun nom
De quartier, de rue, de statue, de rien
Je me souviens de ma première soupe
Et du premier matin
Quand il faisait froid
Quand je suis restée plantée là
En face d’un reste du mur
J’étais à l’ouest,
Il faisait bon te rencontrer enfin

Berlin
J’ai vu des photos de toi avant
De 1920 à nos jours
No man’s land et les bombes autour
J’ai vu la violence et les femmes aux pavés
Un bout d’église ressuscitée
Bleu à l’intérieur
Et les bleus sur ton visage
Et la peur
Et la vie rentrée

Berlin
Toute neuve
Je voudrais te bercer
Laver ta mémoire
Et balayer tes rues
Des kilos de cendres
Qui traînent derrière toi
Comme une ombre, comme une ombre…

Berlin
Je te vois grandir
Je te serre dans mes bras
Ne te soucie de rien
Et rigole à nouveau
Comme les gens qui ont souffert, tu es belle
Et tu n’as rien à prouver
Tu es celle que mon cœur protège
Tout est clair maintenant, hein ?

Berlin
Je me souviens
De Potsdam
Du bar Jasmin
Enfumé comme en 40
Je me souviens de cet homme turc
Au petit déjeuner
Son beau regard
A l’est des tanks,
Je repars, mais j’ai laissé
De quoi revenir, une clé au 26
Car je n’ai pas fini de lire

Berlin
Merci de m’accueillir encore et encore
Merci de me nourrir encore et encore
Merci de me sourire, tu me fais du bien Berlin !(M. Bercot / P. Durand)

La fille, elle appelle et elle dit
« Ton père c’est aussi mon père »
La fille, elle appelle et elle dit
« Passe-moi ton père »
La fille, elle appelle et elle dit
« Il est pas qu’à toi ! Non mais prête-le moi… »C’est même pas elle qui appelle,
C’est son mari
C’est même pas elle qui appelle,
C’est pas poli
Non mais ça va pas la tête
Non mais t’es qui
Non mais ça va BernadetteFaut dire que t’as pas pris de gants
T’as bouffé la vie
T’as pas fait gaffe, quoi
Tu savais pas, quoi
Qu’on entendait tout, nous, depuis le balcon
Disons que t’as pas fait attentionAu 16ème étage,
Quelques scènes de ménage ordinaires
Alors tu t’en fous, toi !
T’en as rien à faire
Mais dis-lui, toi, vas-y, dis-lui qui est mon pèreDis-lui, toi, dis-lui
Ce que t’as foutu
Que t’as fichu
Le bordel
Dis-lui, toi, dis-lui
Ce que t’as foutu
Que t’as fichu
Le boxon
Non mais ça tourne pas rond !?

Dis-lui, toi, dis-lui
Ce que t’as foutu
Que t’as fichu
Le bordel
Dis-lui, toi, dis-lui
Ce que t’as foutu
Que t’as fichu
Le boxon
Dans ma maison…

Palapapa palapapa…

La fille, elle appelle et elle dit :
« Ton père c’est aussi mon père »
C’est même pas elle qui appelle,
C’est son mari, il dit
« C’est dur vous comprenez…
Ca ne peut plus durer
J’veux plus que ses gosses la voient pleurer

Sa mère, elle est muette
Moi j’ai trouvé une lettre
Faut lui passer votre père
Et régler vos dettes… »‘
Non mais ça va pas la tête ?
Non mais t’es qui…
Non mais ça va, Bernadette

Dis-lui, toi, dis-lui
Ce que t’as foutu
Que t’as fichu
Le bordel
Dis-lui, toi, dis-lui
Ce que t’as foutu
Que t’as fichu
Le boxon
Non mais ça tourne pas rond !?

Dis-lui, toi, dis-lui
Ce que t’as foutu
Que t’as fichu
Le bordel
Dis-lui, toi, dis-lui
Ce que t’as foutu
Que t’as fichu
Le boxon
Dans ma maison…

Palapapa palapapa…

Le monde à l’envers
Ton monde à l’endroit
Poil à la lune
Zoum zoum dérouté
Déranger le ciel
Toquer à la porte des anges
Que le tien te protège
Qu’il abrège le froid
Que le tien t’emmène
Faire un petit tour
L’ange est pour
Il connaît le jardin, la maison et le bois
Il passera devant
Tu te passeras de vent
Le soleil rira.Je suis ravie que tu changes
Ravie que tu nous plantes
Ravie que tu sautes en marche dans l’autre sens
Ça fait de la place dis donc…J’aime voir le monde à l’envers
Mettre la tête en bas
Dormir tête-bêche
Et faire du rodéo
C’est violent ton histoire
C’est violent mais j’adore
Ma vie a tourné
Comme dans un manège
J’ai eu froid, j’ai eu peur et j’ai pleuré
Mais rira bien qui rira le dernier.Je suis ravie que tu changes
Ravie que tu nous plantes
Ravie que tu sautes en marche dans l’autre sens
Ça fait de la place dis donc…Je me pose dans un nouveau monde
Le monde à l’envers
Sans aucune trace de doigts
Aucune preuve de viol
Ni d’effraction
J’arrose les plantes comme en 40
La vie continue
Comme dans une toupie
J’ai mal au cœur et la tête qui tourne
Mais c’est bien quand ça dérape
Comme sur des roulettes,
Comme sur des roulettes.Je suis ravie que tu changes
Ravie que tu nous plantes
Ravie que tu sautes en marche dans l’autre sens
Ça fait de la place…

Mais c’est bien quand ça dérape, tu verras,
C’est le bon endroit…
Comme sur des roulettes !

C’est violent ton histoire,
C’est violent mais j’adore.

RAVI(E)S ,
le 3e album de l’auteur interprète Marine Bercot

UNE INVITATION AU RAVISSEMENT DES CŒURS

Marine Bercot puise dans ce Paris que l’on garde, dans ce Paris ouvert sur le monde, dans ce Paris actif et enjoué, son impérieuse nécessité d’écrire et performer.

En complicité avec le guitariste-compositeur Pierre Durand, elle embarque les partenaires qu’il faut pour partager avec les publics son espoir énergique et pulsionnel.

Marine Bercot propose pour 2021 un projet qui a commencé à vivre sa vie sur le web et sur des scènes, un projet basé sur un 3e album : Ravi(e)s.

Marine Bercot & Pierre Durand y accueillent « comme à la maison » des publics invités. Ils partagent entre eux et avec eux des occasions de se laisser transformer par des textes et musiques vivants ici et maintenant, des séquences narratives et poétiques, des pulsions rythmiques qui instillent ce qu’il faut de désir et de rage, de gravité et de légèreté.

"BLEU À L'INTÉRIEUR",
LE CLIP

« Bleu à l’intérieur » est le troisième single du 3e album de Marine Bercot, « Ravi(e)s », qui sortira le 5 février prochain.
« Bleu à l’intérieur » raconte l’histoire de la rencontre (presque) amoureuse de Marine Bercot avec la ville de Berlin…  Elle s’adresse à cette ville comme on s’adresse à un personne que l’on aime. C’est une déclaration d’amour passionnée, un coup de foudre qui (la) nourrit.
Marine Bercot aborde le thème du voyage comme un accès plus direct à la liberté intérieure, comme une incitation à créer des textes, des images ou des liens…, comme une opportunité d’élargir son horizon, d’échapper aux préjugés, de favoriser l’apprentissage et les mélanges.
« J’avais de Berlin l’image d’une ville froide. J’ai été happée par l’énergie à la fois douce et fulgurante de cette ville. J’ai immédiatement ressenti ce « ravissement », cet état d’être on l’on se sent entièrement disponible pour engranger des émotions nouvelles, absorber de la beauté, mieux comprendre l’Histoire aussi, saisir la force d’une ville éprouvée et résiliante. Malgré le poids du passé, bien visible, je me souviens de sensations de joie et de liberté rarement connues ! »
Le clip « Bleu à l’intérieur », réalisé par Julien Leloup, nous entraîne dans la danse enivrante d’une balade à Berlin, mêlée aux images d’archives de la Deuxième Guerre, portée par une musique électrisante et hypnotique, galvanisante et entêtante.

"RAVIE", LE CLIP

« Ravie » est le deuxième extrait du 3e album de Marine Bercot, « Ravi(e)s », un opus singulier où les styles se rencontrent – spoken word, pop, hip hop, rock, slam, chanson, électro…
« Ravie »raconte l’histoire d’une séparation violente. Cela peut produire l’effet d’une bombe dans une vie. Parce qu’un lien qu’on pensait éternel explose en plein vol.
Marine Bercot aborde le thème de la rupture amoureuse sous un angle bien particulier : celui de la liberté, de l’espace intérieur que cela crée. « On pense qu’on va crever, mais au bout du tunnel, on renaît ! C’est difficile parce que, sur le moment, on sait ce qu’on perd mais on ne sait pas ce qu’on gagne, mais au final on gagne, ne serait-ce qu’une opportunité de faire le point sur sa vie, de se remettre en question : si on y arrive, la vie propose des choses… ».
Le clip, réalisé par Jérôme Bourdon, s’immisce dans le quotidien de couples qui se séparent, à l’instant où les sentiments s’entrechoquent et se contredisent.

"LA FILLE", LE CLIP

Quand une histoire particulière, intime, fait écho à une réalité, à un vécu bien plus universel…
Marine Bercot fait valser les non-dits et les secrets de famille… Elle défend l’idée qu’il faut « Dire ».
Le clip « La fille », réalisé par Jérôme Bourdon, se sert des corps pour tirer les fils de la petite histoire, pour libérer la parole à travers le mouvement… Elle donne le ton de son nouvel album, à la fois énigmatique et frontal, à paraître le 5 février 2021.

« Ce n’est plus mon histoire », insiste Marine Bercot. Ses chansons sont drues, tendues, tendres, féroces, inquiétantes, apaisées. Elles mettent en scène des instants suspendus, des temps indéfinis, des circonstances à la fois précises et vagues. Mais elles échappent, cependant, à l’autobiographie, même si on sent que son « je » est vraiment une première personne du singulier. Derrière les phrases anodines ou strictement matter of fact bouillonnent des tumultes, des passions, des mémoires. 

« Quand je chante, je suis animée par de la joie », dit-elle aussi, même si l’on devine sous chacun des douze titres de Ravi(e)s, les grincements et les heurts de l’humaine condition. Son écriture à la fois limpide et oblique débusque des félicités et des souffrances qu’elle énonce d’une voix grave, précise, que l’on aurait imaginée à William Faulkner s’il avait fréquenté le rock francophone, et qui rappelle un peu Rodolphe Burger sans le flegme ou Diabologum sans les anathèmes.

« Je chante parce que j’écris », dit Marine Bercot, et cet album est né de textes écrits entre Berlin et New York, dans l’entre-deux d’une conscience en voyage. Elle a toujours écrit. Cela commence à l’âge de cinq ans. Des poèmes, des lettres, des journaux intimes, des cahiers. Elle écrit en marchant, en avion, en transit, en écoutant des concerts. Elle écrit pour raconter et pour conjurer, pour témoigner et pour inventer.

Et quand on dit qu’elle chante, elle rectifie : « Je chante de moins en moins. Quand on parle, on est plus libre d’appuyer, de dire différemment, plus libre du rythme. » Ravi(e)s est donc un album à la fois rock et slam, spoken word et chanson française, jazz et poésie. Et il ressemble bien à Marine Bercot, qui aime l’idée d’être « une artiste en développement à l’âge où des gens qui n’ont pas encore réussi ont déjà arrêté ». 

Mais son essentiel est « la juste place ». Ces chansons-là, qu’elle a chantées en prison pour des femmes et des hommes en longues peines ; ses interventions en milieu scolaire avec l’association Zébrock ; son retour à la forme de l’album avec son complice, le guitariste et compositeur Pierre Durand : tout cela lui fait le regard radieux, au bout d’un chemin sinueux et riche.

Le parcours qui l’a amenée à la musique est à la fois générationnel et idiosyncrasique : Georges Brassens, Marie-Paule Belle, Jane Birkin et Pierre Perret avec maman, Debussy, Chopin et Duke Ellington avec papa, Rockollection comme premier 45 tours, avant France Gall et Michel Berger, la synthèse Back in USSR-Start Me Up, les premiers concerts à douze ans avec Voulzy ou l’hippodrome d’Auteuil avec Téléphone et les Rolling Stones, puis l’adolescence irradiée par Poèmes rock de CharlÉlie Couture et Pirates de Rickie Lee Jones… Dans sa famille, « on joue peut-être trop de piano » – le piano sérieux et rituel qui dissuade, le piano plein de principes… Elle a besoin « de matière, de consistance » : son âge adulte sera marqué par Ani DiFranco et le Get Behing the Mule Tour de Tom Waits, par le défi d’engager la voix et le corps, à la fois, dans la création.

Mais elle aura pris le temps, avec un parcours tout en détours, en paliers, en contournements. Des années de danse modern jazz puis le piano, découvert enfin à vingt-trois ans. « Un an plus tard, j’ai commencé à travailler ». Elle fréquente alors la féconde fraternité de l’Utopia, café-concert du XIVe arrondissement. Jean-Jacques Milteau, Laurent Vernerey, Denis Benarrosh, Manu Galvin, Luc Bertin, Michel Amsellem lui révèlent le folk rock, Dr John, Randy Newman, Crosby Stills Nash & Young, lui donnent envie de faire de la musique.

Elle crée Marine & Friends, trio de reprises qui chante un soir sur deux à Disneyland, accompagne au piano l’harmoniciste Greg Zlap pendant dix ans et trois albums, enregistre deux premiers albums de chansons (« je n’aime pas le deuxième »). Au bout du compte, cela fait quelques lustres d’une carrière qu’elle pense abandonner « sans remord ni regret ». 

Puis une curieuse alchimie agit, l’écriture la ramenant au désir de chanter sur scène. Retrouver la simple évidence des mots en musique pour ce qu’ils sont – une vérité intime offerte en partage dans son universalité, dans la limpidité d’une forme énergique et frémissante. Quelque part dans un possible entre Barbara et Lou Reed, entre le cabaret postmoderne et le hip hop lettré. Un élan fervent, prodigue et lumineux. 

  • 1968 : naissance à Paris
  • 1986 : formation professionnelle en danse à Paris
  • 1993 : formation musicale à l’American School of Modern Music à Paris
  • 1994 : premiers concerts comme pianiste aux côtés de l’harmoniciste Greg Zlap, qu’elle accompagne sur scène pendant dix ans et avec qui elle enregistre 3 albums (Ternaire Madness, 1997 / Gregtime, 1999 / La Part du diable, 2002)
  • 1995 : naissance du trio acoustique Marine & Friends, groupe de reprises rock et folk des années soixante et soixante-dix. Plus de 300 concerts et un album à leur actif.
  • 2002 : début de sa collaboration, comme auteur, avec les compositeurs Charly Mercier et Pierre Durand.
  • 2004 : création de l’association J’entends le soleil… Autoproduction du 1er album Les Amants grâce au soutien de l’Adami et à 21.000 euros de dons.
  • 2005 : Rencontre coup de cœur avec Alain Raemackers, directeur artistique chez Harmonia Mundi : Les Amants paraît sur le label Le chant du monde. Écriture des textes de chansons interprétées par Emmanuelle Seigner, pour la B.O. du film Backstage réalisé par sa sœur, Emmanuelle Bercot  (AZ, Universal – musiques : Laurent Marimbert).
  • 2007 : Sortie du 2e album, Ma langue au chat (Harmonia Mundi). Tournée.
  • 2009 : Rupture. Début dune période de réflexion de 3 ans sur la direction artistique qu’elle souhaite prendre.
  • 2013 : Retrouvailles avec Pierre Durand, guitariste-compositeur-arrangeur. Nouvelle phase de création qui aboutit à la proposition scénique en duo « Ravi(e)s ».
  • 2014 : Rencontre avec Nicolas Dufournet (réalisateur, ingénieur du son, ex-bassiste du groupe Oui Oui). Début d’enregistrement du 3ème album Ravi(e)s au Studio Melodium (Montreuil , 93). Réalisation du clip Ravie par Jérôme Bourdon.
    Projet soutenu dans le cadre du dispositif « Génération Spedidam » pour la période 2014-2017.
  • 2015-16 : Concerts « Ravi(e)s » en duo avec Pierre Durand (Festival « Au fil des voix » à l’Alhambra, festival « Hip hop & Co », L’Entrepôt, Le Baiser salé, La Scène du Canal, Forum Léo Ferré, centres de détention…). Réalisation de l’EPK Ravi(e)s par Jérôme Bourdon. Réalisation du clip  Partout les cœurs par Michèle George et Vincent Trisolini.
  • 2017 : Rencontre avec le réalisateur-arrangeur Julien Chirol : suite de l’enregistrement de l’album « Ravi(e)s » à Music Unit (Montreuil, 93).
    Collaboration avec ZEBROCK dans le cadre du dispositif « Art et Culture au Collège » en Seine-Saint-Denis.
    Projet soutenu par ARCADI pour la période 2017-2019 : résidence de création à Canal 93, résidence de diffusion à La Manufacture Chanson.
  • 2018 : Rencontre avec l’éditeur Gérard Davoust et signature d’un contrat d’édition pour son 3e album « Ravi(e)s ». Concerts.
  • 2019 : Réalisation des clips « La fille » par Jérôme Bourdon et « Bleu à l’intérieur (Berlin) » par Julien Leloup. Concerts.
  • 2020 : Réalisation du clip « On sèche on plie on range » par Sahra Daugreilh. Concerts. Sortie du 1er single/clip « La fille »  (octobre 2020). Sortie du 2e single/clip « Ravie » (décembre 2020)
  • 2021 : Sortie du 3e single/clip « Bleu à l’intérieur (Berlin) »  (janvier 2021). Sortie de l’album « Ravi(e)s » (février 2021)
P.Durand

Pierre DURAND, guitariste et compositeur

Pierre Durand est guitariste et compositeur de jazz. Dès 5 ans, la guitare s’est imposée à lui. Son premier choc musical s’appelle Atahualpa Yupanqui. à 16 ans il découvre le Blues, c’est une révélation. À la majorité, c’est le jazz qui le happe. Mélanger les styles musicaux avec l’imprévu, donner du sens aux notes, prendre des risques et raconter des histoires, voilà le credo de Pierre Durand.

Attiré par les musiques à « racines », il intègre la section jazz du CNSM de Paris, d’abord pour suivre les cours de musique traditionnelle d’Inde du Nord du grand sitariste Patrick Moutal. En 2002, il obtient le Prix du CNSM de Paris, et quelques années plus tard, quatre Prix au Concours International de la Défense, dont un Prix de groupe et un de composition pour son « ROOTS » 4tet.

Il se produit dans de nombreux festivals en France et l’étranger : Jazz Vienne, Enjoy Jazz, Paris Jazz Festival, Barbican Center, Galway Jazz Festival, Festiblues de Montréal, Jazz la Villette, Les Nuits de Fourvière, Europajazz, Africolor, Festival Jazzèbre, Jazz au Fil de l’Oise, Jazz sur Seine…

Sideman recherché , on peut ou on a pu l’entendre avec Archie Shepp (album « I Hear the Sound » nommé aux Grammy Awards 2015), Yasiin Bey (ex Moss Def), Daniel Humair, ONJ de Daniel Yvinec (flat. John Hollenbeck), Daniel Zimmermann, Sébastien Texier, Raphaël Imbert, Airelle Besson, Vincent Lê Quang, David Patrois, Sylvain Cathala, Fred Maurin, Régis Huby, Julien Soro, François Jeanneau, Mamani Keita, Franck Vaillant, etc.

De ses projets personnels sont nés deux albums : « Chapter One : NOLA Improvisations » (2013) et « Chapter Two : ¡Libertad ! » (2016). Ces deux disques ont reçu, de la part du public et de la presse, un accueil enthousiaste (« Indispensable » – Jazznews, « Révélation » –  Jazzman, « Elu » –  Citizenjazz, « Disques du jour » –  TSF, « Oui » – Culture Jazz, « À découvrir d’urgence » –  Les Inrocks, « Choc » –  Jazzmag). Ce sont les deux premiers d’une série de sept albums que Pierre Durand a prévu d’enregistrer sous son nom.
Aux côtés de l’auteur-interprète Marine Bercot, Pierre Durand porte le projet de chanson « Ravi(e)s », aventure musicale la croisée du hip hop, du rock et de la pop, axée sur des textes en français.
Il collabore enfin avec le flûtiste Jocelyn Mienniel dans le cadre de la création « Un Jour de Blues Bamako », hommage rendu Ali Farka Touré.

Pierre Durand se produit en prison avec Marine Bercot ou en ciné-concert. Il réalise, toujours aux côtés de Marine Bercot, des ateliers d’écriture et de composition en milieu scolaire dans le cadre du programme « Culture et Art au Collège » dans des classes-relais en Seine-Saint-Denis, mis en place par Zebrock. Outre les ateliers et master-classes qu’il anime régulièrement dans le cadre de ses concerts, il fait, depuis quatre ans, partie du programme pilote de la mairie du 20ème arrondissement de Paris (le conservatoire va à l’école : initiation au Jazz dans des établissements scolaires classes Réseau d’éducation Prioritaire).

Ses influences ? Headhunters, Eminem, Charles Mingus, Bach, Patrick Watson, Jim Hall, Joe Zawinul, Keith Jarrett, John Lee Hooker, Liberation Orchestra, Ornette Coleman, Black Keys, Chopin, Pink Floyd, l’Afrique de l’Ouest, l’rlande, le Midi, le cinéma et la littérature…

N.Dufournet

Nicolas DUFOURNET, réalisateur

Ex-membre du groupe Oui Oui (Michel Gondry, Etienne Charry) entre 1983 et 1993, Nicolas Dufournet enregistre de nombreux albums pour le label Tricatel.

En 2005, il monte le studio d’enregistrement Melodium à Montreuil en proposant ses « Classic Sound Techniques » et a vu passer quelques figures du paysage rock français : Sanseverino, Izia, Tinariwen, Camélia Jordana, Tame Impala, Sébastien Tellier, Bertrand Burgalat, Lescop, Mustang, La Femme, Robi…  Pour lui, le son en lui-même n’a aucun intérêt, seule la démarche de l’artiste compte : « Je me sens plus un ingénieur du cerveau que du son ! ».  Nicolas Dufournet aime jouer avec les oreilles de l’auditeur… Sa devise, « un minimum de voltage pour un maximum d’illusion. »

Ses influences ? Les compositeurs Syd Barrett, Ennio Morriconne, Nino Rota, François de Roubaix, Prokofiev et Brian Wilson…

julien

Julien CHIROL, réalisateur

Tromboniste, percussionniste, pianiste, arrangeur et compositeur, Julien Chirol multiplie les casquettes, aussi bien dans le jazz que dans la musique latine et la pop.

En 1997, il entre au C.N.S.M. de Paris section jazz, et rencontre toute l’équipe du Sacre du Tympan. Durant sa deuxième année, il intègre un jeune groupe : Sergent Garcia. Dès 1999, cette formation connaît un succès explosif et les dates s’enchaînent.

En 2005, il fonde, aux côtés de Pierre Luzy et d’Issam Krimi, le label et studio d’enregistrement Music Unit, au sein duquel il est actif en tant que producteur.

Julien Chirol collabore sur scène et en studio avec de nombreux artistes – Jane Birkin, Jean-Louis Aubert, Yuri Buenaventura, Saul Williams, Micky Green, Feist, Angélique Kidjo, Henri Salvador, Adamo… -, en tant que musicien et arrangeur.

BOUGER ET FAIRE BOUGER 

Au-delà de la scène, je recherche la mise en place d’une relation plus concrète, plus quotidienne avec les publics, en lien avec les territoires. Je souhaite trouver des moyens de transmettre des connaissances, de partager mon expérience, d’éveiller la curiosité et l’envie de pratiquer un art, notamment la musique et l’écriture.

Nous pourrions imaginer ensemble des actions culturelles innovantes ! Pierre Durand et moi-même sommes conscients de notre rôle d’artistes citoyens, et il nous tient à cœur de participer autant que possible à cette mission.
Voici une liste non exhaustive d’actions que nous pourrions mener :

EN MILIEU SCOLAIRE

  • Ateliers d’écriture (chanson, slam, rap)
  • Histoire du blues et du jazz
  • Rencontres : Marine Bercot (auteur, interprète), Pierre Durand (compositeur, musicien), Nicolas Dufournet (réalisateur, ingénieur du son, ex-directeur marketing dans les majors), Make a meal (beatmaker)

DANS LES CONSERVATOIRES ET ÉCOLES DE MUSIQUE

  • Master class de guitare (jazz, musiques actuelles)
  • Coaching scénique (jazz, musiques actuelles)
  • Formation d’une chorale avec participation au concert de Marine Bercot.

EN MILIEU HOSPITALIER ET EN MAISONS DE RETRAITE

  • Concert de guitare jazz en solo
  • «Mémoires» : Marine Bercot propose aux personnes de lui raconter un épisode marquant de leur vie : elle les écoute, pose des questions, prend des notes… Puis elle rédige pour eux et leur famille un petit récit autobiographique…

KIT COM'

LES 3 SINGLES, EN STREAMING

NEWSLETTER

ASSOCIATION
« J’entends le soleil… »

 » 11, rue Béatrix Dussane
75015 Paris
Email

LABEL / ÉDITIONS

Gérard Davoust

+33 (0)1 48 24 53 64
editions@raoulbreton.fr


PRESSE / Agence Sébastien d’Assigny

+33 (0)1 42 88 79 79
sdapresse@gmail.com