Bleu à l’intérieur (Berlin)

Bleu à l’intérieur (Berlin)
(M. Bercot / P. Durand)
Par Marine Bercot

Réalisation : Julien Leloup
Image : Stephan Massis
Etalonnage : Guillaume Schiffman & Richard Deusy
Maquillage : Djénète Boo
Produit par Banco Music

//

Berlin Je ne me souviens plus d’aucun nom De quartier, de rue, de statue, de rien Je me souviens de ma première soupe Et du premier matin Quand il faisait froid Quand je suis restée plantée là En face d’un reste du mur J’étais à l’ouest, Il faisait bon te rencontrer enfin Berlin J’ai vu des photos de toi avant De 1920 à nos jours No man’s land et les bombes autour J’ai vu la violence et les femmes aux pavés Un bout d’église ressuscitée Bleu à l’intérieur Et les bleus sur ton visage Et la peur Et la vie rentrée Berlin Toute neuve Je voudrais te bercer Laver ta mémoire Et balayer tes rues Des kilos de cendres Qui traînent derrière toi Comme une ombre, comme une ombre… Berlin Je te vois grandir Je te serre dans mes bras Ne te soucie de rien Et rigole à nouveau Comme les gens qui ont souffert, tu es belle Et tu n’as rien à prouver Tu es celle que mon cœur protège Tout est clair maintenant, hein ? Berlin Je me souviens De Potsdam Du bar Jasmin Enfumé comme en 40 Je me souviens de cet homme turc Au petit déjeuner Son beau regard A l’est des tanks, Je repars, mais j’ai laissé De quoi revenir, une clé au 26 Car je n’ai pas fini de lire Berlin Merci de m’accueillir encore et encore Merci de me nourrir encore et encore Merci de me sourire, tu me fais du bien Berlin !